AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Contre la nouvelle circulaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mesokee



Nombre de messages : 203
Age : 40
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Contre la nouvelle circulaire   Mer 25 Avr - 19:20

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Contre la nouvelle circulaire   Dim 26 Aoû - 12:35

Bonjour,

Je prends aujourd'hui connaissance avec consternation de cette "production".
Je suis consterné car j'estime que celle-ci est préjudiciable à l'image de l'instruction à domicile.
Je constate qu'elle comporte, d'une part, une incitation à une conduite manifestement illégale et de nature à attirer des ennuis à ceux qui la mettraient en oeuvre ;
Et d'autre part, elle est critique au-delà du raisonnable envers l'administration de l'Education Nationale, et j'attire l'attention des gestionnaires de ce forum que ceux-ci pourraient être condamnés solidairement avec l'auteur des propos mis en ligne pour le simple fait d'avoir maintenu l'accès à cette publication.

Je ne vais pas rentrer dans le détail de cette publication, mais relever les deux points qui me semblent dépasser la mesure. Je précise que mes propos sont ceux d'un pratiquant du droit qui a eu à intervenir plusieurs fois en justice relativement à des affaire de diffamation, au civil comme au pénal.

Alors, en premier lieu, les propos suivants : "Nous déclarons refuser de laisser interroger/tester notre/nos enfant(s) sur ses/leurs connaissances de quelque façon que ce soit, oralement ou par écrit. Les inspecteurs devront nous croire lorsque, pendant le contrôle, nous ferons état des connaissances de nos enfants et leur exposerons les ressources dont ils disposent." sont constitutifs de ce qu'on appelle en droit une "obstruction". La Loi dit que l'administration doit contrôler nos pratiques d'instruction. La portée de ces propos est telle qu'ils reviennent purement et simplement à refuser l'application de la Loi. Or la Loi s'applique à tous, que l'on soit ou pas d'accord avec elle. En conséquence, celui qui s'engage dans cette voie s'expose à des ennuis judiciaires.

En second lieu, dans ces propos : "ceci est un appel pour vous convaincre de désobéir à la circulaire n°2011-238 du 26-12-2011 sur l’obligation scolaire, qui se pose comme l’interprétation des textes de loi qui régissent l’instruction en famille, alors qu’elle n’est qu’un ramassis d’insinuations diffamantes, discriminatoires et de consignes illégales"., la seule chose qui soit clairement diffamante, c'est ce que j'ai mis en gras.
Même si je doute que l'administration de l'Education Nationale investisse du temps pour refroidir ceux qui se laissent entraîner par leurs aigreurs à de tels excès, j'attire l'attention des gestionnaires de ce forum sur le fait qu'il n'est pas raisonnablement prudent de continuer à publier de tels propos.

Et en tant que père instructeur à domicile, je ne peux que regretter le dérapage que constitue cette publication, et constater qu'il reste beaucoup à faire pour améliorer l'image de l'instruction à domicile, comme le climat dans lequel celle-ci intervient.
Revenir en haut Aller en bas
laetitiaA



Nombre de messages : 193
Date d'inscription : 18/06/2010

MessageSujet: Re: Contre la nouvelle circulaire   Dim 26 Aoû - 23:44

ce lien est là à titre d'information; l'association n'est pas responsable des propos qui y sont tenus ;
concernant cette circulaire, elle a fait l'objet de nombreux débats , les associations nationales n'ont pas toutes pris les mêmes positions, de même que certains collectifs de parents ;

l'image de l'IEF est un sujet récurrent : chaque "courant" pense que les autres lui nuisent ! d'ailleurs, qui représente l'IEF ? des familles qui médiatisent leur combat, leurs choix qui ne reflètent pas la majorité ? des associations nationales qui ne regroupent qu'un pourcentage modéré de familles ? quelle est la part de conscience collective dans les familles IEF ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Contre la nouvelle circulaire   Lun 27 Aoû - 0:47

Bonjour,

laetitiaA a écrit:
ce lien est là à titre d'information; l'association n'est pas responsable des propos qui y sont tenus
La responsabilité de l'éditeur est de même niveau que celle de l'auteur. Il y a diffamation manifeste, le risque juridique que vous prenez est de 100%. Heureusement pour vous, l'administration de l'Education Nationale n'est guère susceptible !

laetitiaA a écrit:
concernant cette circulaire, elle a fait l'objet de nombreux débats , les associations nationales n'ont pas toutes pris les mêmes positions, de même que certains collectifs de parents ;
Il est sain que des débats aient lieu. Il est regrettable qu'ils aboutissent à des dérives de l'ordre de l'insulte et de la diffamation, et il est navrant, et regrettable pour l'image de l'I.E.F., que ces dérives soient relayées, voire soutenues par ceux qui se regroupent, et représentent d'autant plus, l'instruction à domicile.

laetitiaA a écrit:
l'image de l'IEF est un sujet récurrent : chaque "courant" pense que les autres lui nuisent ! d'ailleurs, qui représente l'IEF ? des familles qui médiatisent leur combat, leurs choix qui ne reflètent pas la majorité ? des associations nationales qui ne regroupent qu'un pourcentage modéré de familles ? quelle est la part de conscience collective dans les familles IEF ?
L'instruction à domicile est un droit en France. Il est manifeste que de nombreux courants de pensée font usage de ce droit, en ne partageant parfois que celui-ci. Il n'empêche que chaque utilisateur de ce droit contribue à son image, et peut à ce titre être interpelé sur l'image qu'il en donne.
Il n'est pas possible de définir précisément ce qu'est une "bonne image" ; c'est un concept d'ordre général qui sera défini différemment par chacun d'entre nous, en fonction de ses convictions propres.
On peut néanmoins dégager un concept en ce qu'il est socialement très valorisé, qui est celui de responsabilité.
Ce concept, rapporté à l'instruction à domicile, implique que l'on fasse un usage "responsable" de ce droit.
Un usage "responsable" du droit à l'instruction à domicile, c'est d'abord et avant tout, tout mettre en oeuvre pour que nos enfants reçoivent la "meilleure instruction possible". Mais c'est aussi, parce qu'on ne peut être à la fois juge et partie, accepter qu'un tiers évalue notre pratique, ce tiers ayant pour fonction de vérifier que notre enfant reçoit une instruction du niveau auquel il a droit par la Loi. Le contrôle est la contrepartie du droit, le refuser est parfaitement irresponsable. Le refuser, c'est accepter de faire courir le risque à notre enfant de le priver d'un droit, dans l'hypothèse où nous échouons en tant qu'instructeur.
J'affirme qu'il est irresponsable de refuser d'être contrôlé lorsqu'on décide d'assumer soi-même l'instruction d'un enfant, et je suis navré de constater que la lutte contre les contrôles semble être devenu la priorité de nombre d'instructeurs à domicile. A vouloir gagner un droit à l'irresponsabilité, vous risquez surtout de perdre celui d'instruire à domicile.
Mais le concept de responsabilité a-t-il un sens pour ceux qui relaient des messages à contenu manifestement diffamatoire en s'estimant irresponsables pour ce fait ?
Revenir en haut Aller en bas
laetitiaA



Nombre de messages : 193
Date d'inscription : 18/06/2010

MessageSujet: Re: Contre la nouvelle circulaire   Lun 27 Aoû - 11:42

l'association défend la liberté pédagogique, ce qui n'est pas du tout la même chose que s'opposer aux contrôles ; ce que nous ne faisons pas !

ce n'est pas la première fois que nous (au sein de l'asso) sommes interpellés sur notre "irresponsabilité", soit car nous ne soutenons pas suffisamment l'EN dans sa pratique des contrôles, soit que nous ne nous opposons pas aux contrôles ...

je précise que vous êtes ici sur un forum public, ouvert à tous, et qui ne représente pas forcément les valeurs soutenues par LAIA ;

par curiosité, quel type de responsabilité prenez-vous ou comptez-vous prendre pour représenter l'IEF de façon responsable ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Contre la nouvelle circulaire   Lun 27 Aoû - 12:55

Bonjour,

Dans ma pratique pédagogique, j'entends être transparent vis-à-vis de l'administration qui est chargée par la loi de me contrôler. Donc, dire ce que je fais, pourquoi je le fais. Cela ne signifie aucunement céder à toutes les exigences de celle-ci ; au contraire, puisque moi j'entends être transparent sur ma pratique, j'attends de cette administration qu'elle mène sa mission de bonne manière, et j'y veillerai même ! Car je sais précisément ce qu'est, tant sur un plan théorique que pratique, un contrôle pédagogique. Voilà ma représentation d'un usage "responsable" du droit à l'instruction à domicile.
Et dans ma vie privée, je consacre quelques heures à tenter d'expliquer sur ce forum pourquoi, selon moi, la majorité des interlocuteurs qui s'y expriment font fausse route, parce qu'ils vivent les contrôles comme une contrainte injustifiée, et se représentent l'E.N. comme une ennemie, alors que les contrôles sont selon moi nécessaires tout autant que l'E.N !

Oui, votre association défend la liberté pédagogique. Mais le fait-elle bien, intelligemment ?
Croyez vous vraiment défendre la liberté pédagogique en relayant le message de ceux qui revendiquent une simple déclaration, et donc un contrôle superficiel ? Et qui, pour l'obtenir, prônent le combat, ou au moins la résistance passive, face à l'administration en charge de nous contrôler, et ce en attribuant à celle-ci des intentions malveillantes ?

Prenons quelques instants pour poser le problème : Chaque instructeur à domicile, qui est également, généralement, la mère ou le père de l'enfant, s'estime le mieux placé pour évaluer l'intérêt de son enfant. C'est plus ou moins vrai ; l'instructeur est en effet celui en mesure d'intégrer le plus grand nombre de paramètres dans son évaluation, et d'y procéder globalement. A l'inverse, il est immergé dans son référentiel, et impliqué affectivement, et souffre de ce fait d'un manque de recul dans son évaluation.
Et cet instructeur se voit confronté à un contrôleur, dont la mission est également de veiller à l'intérêt de l'enfant, mais lui par l'étude d'un seul critère : la prestation pédagogique dont bénéficie l'enfant. Il est difficile pour l'instructeur d'être évalué sur ce seul critère, alors que lui sait que sa prestation pédagogique résulte d'un ensemble de critères beaucoup plus large, dont certains sont entendables par le contrôleur (difficultés spécifiques de l'enfant liées à sa santé, par exemple), et d'autres non.
C'est pourtant la règle du jeu, à laquelle il conviendrait de se prêter de bonne grâce, ce qui ne serait possible qu'en pleine possession et compréhension des enjeux décrits ci-dessus, hélas si peu évoqués sur les forums ...
Et dans l'hypothèse malheureuse où le contrôleur arrive à la conclusion que l'enfant ne bénéficie pas du niveau d'instruction que la Loi lui attribue, il reste le juge, qui lui, contrairement au contrôleur, peut intégrer dans son analyse l'ensemble des problématiques intégrée par l'instructeur éduquant.
Il est très facile de ne pas vouloir comprendre et préférer croire, en s'accordant toutes les bonnes excuses. Notre nature nous y pousse.
Mais je n'en démordrai pas : Celui qui revendique l'usage d'une liberté (d'instruction en l'espèce) est mal venu à en contester la contre-partie nécessaire (le contrôle pédagogique et social), et personnellement je crois que c'est souvent par lâcheté et facilité qu'il y procède.

Ce n'est pas l'Asso qui est visée par mes propos. je regrette simplement son absence de positionnement sur ces questions, qui résulte de sa forme associative. Ce qui l'amène à se faire porte parole, ne serait-ce que par passivité, de discours qui vont à l'encontre de la compréhension des enjeux décrits ci-dessus, et qui donc selon moi portent préjudice à notre image, à nous instructeurs à domicile.

Mais j'apprécie l'espace de discussion qu'elle offre, dans le cas contraire, je ne consacrerais pas tant de temps à tenir des propos de bien peu d'espoir, en ce qu'ils sont à l'opposé de ceux que mes interlocuteurs voudraient entendre ...
Revenir en haut Aller en bas
BENOT



Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: Contre la nouvelle circulaire   Lun 27 Aoû - 16:24

Pour ma part je suis convaincue du bien fondé de l'instruction de mon fils par le biais de l'IEF. Il est en avance mais je demeure très attachée aux valeurs préconisées par l'EN. Si je pratique l'IEF c'est en raison des violences, des classes trop hétérogènes et du stress non constructif. Cependant je respecte totalement les autres points de vue en matière d'éducation et je ne crois aucunement qu'une méthode soit meilleure qu'une autre. Cela s'appelle la tolérance et le respect. Tout comme vous Jean-Philippe j'ai suffisamment de connaissances juridiques et pédagogiques pour discuter avec les partenaires sociaux mais cela ne me fait pas croire que je détiens forcément la vérité.

En ce qui concerne l'existence des contrôles pédagogiques que vous présentez comme une "garantie" pour le droit de nos enfants à une instruction, j'en suis moi aussi convaincue et je pense (sans trop m'avancer) que c'est également le cas de la grande majorité des pratiquants de l'IEF. Nous avons trop de respect pour nos enfants pour les priver de ce type de protection.
Cependant, une chose est d'être convaincue du bien-fondé d'un principe, une autre est l'application de ce même principe.
Je crois que si la question des contrôles pédagogiques est autant discutée sur ce forum, ce n'est pas par refus de ces contrôles mais bien en raison de notre volonté de voir ces contrôles s'effectuer dans le respect de la loi et donc dans le respect des droits de nos enfants.
Revenir en haut Aller en bas
laetitiaA



Nombre de messages : 193
Date d'inscription : 18/06/2010

MessageSujet: Re: Contre la nouvelle circulaire   Mar 28 Aoû - 0:37

Jean-Phillipe, votre discours gagnerait en crédibilité si vous élargissiez votre vision de la situation de l'IEF ; ne limitez pas votre connaissance des familles à quelques messages sur un forum ...
je n'ai pas l'impression que vous soyez très au fait de ce qui se fait au sein de l'association LAIA ; nous ne relayons pas de message ici, nous laissons s'exprimer différentes personnes, la nuance ne vous échappera pas j'imagine ;

si vous souhaitez permettre aux asso de défendre intelligemment la liberté d'instruction, d'améliorer l'image de l'IEF, n'hésitez-pas à vous engager concrétement dans l'action ...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Contre la nouvelle circulaire   Mar 28 Aoû - 13:12

Bonjour,

En effet, ma connaissance du monde de l'instruction en famille est très parcellaire. Mais je n'ai guère, en vérité, l'intention d'apprendre quoi que ce soit à qui que ce soit sur le sujet de l'instruction en famille, sujet que je devine receler des réalités très éloignées les unes des autres.
Ma connaissance découle de la partie émergée de l'iceberg, qui est certainement la plus voyante pour tous, et à ce titre, la plus à même d'influer sur l'image de l'instruction en famille, et c'est à ce niveau précis que je me positionne.
Non, je ne suis pas non plus au fait de ce qui se fait au sein de LAIA. J'ai adhéré une année, et donc accédé aux échanges internes, et j'en retiens surtout que les préoccupations les plus fréquentes étaient très éloignées des miennes. En revanche, je sais que la forme associative retenue vous paralyse. Et donc, si je souhaitais tenter de m'engager dans une action quelconque, je ne le ferais pas chez vous, alors même qu'il n'y a qu'ici que m'exprimer me semble présenter un minimum d'intérêt pour autrui...
Mais de toutes façons le temps de l'action est probablement passé pour moi. Ce ne sont pas les convictions qui me manquent, je crois à l'existence de vérités, partielles et fluctuantes il est vrai, mais dont la connaissance permet de favoriser la réussite de l'action. Quant à la tolérance ... il en faut, mais c'est comme en tout, il n'en faut point trop non plus.
Je ne suis pas près d'accepter qu'un enfant soit privé d'instruction au nom de la tolérance !
S'il y a une urgence dans l'action, elle est probablement de faire en sorte que certains, que je qualifierais "d'exaltés" dans leur combat idéologique et juridique, n'arrivent pas, involontairement, mais en conséquence de leurs actions, à remettre en cause le bien fondé de la liberté d'instruction dont nous bénéficions. Et pour minimiser ce risque, il conviendrait que ces "exaltés" apparaissent pour ce qu'ils sont vraisemblablement, relativement marginaux au sein des utilisateurs de cette liberté. Seulement j'observe qu'ils sont très présents dans la partie émergée de l'iceberg, au point d'influencer d'éventuels indécis, et que rien n'est fait pour faire ressortir l'extrémisme et l'absence de fondements de leur positionnement... D'où mes réactions.
Sinon, vous ne pouvez pas dire que vous laissez s'exprimer plutôt que relayer. Non. Vous laissez s'exprimer, et donc vous relayez. La nuance n'existe que dans votre perception des choses.
En théorie, si votre association fonctionnait, elle aurait un positionnement sur ce qu'elle accepterait de voir s'exprimer et relayer. Une échelle classique serait : une "affiche" sur le positionnement "officiel" de l'association, au sein de laquelle l'expression et la diffusion serait totalement libre. Une frontière, à partir de laquelle l'association, tout en acceptant l'expression sur le sujet, émettrait de manière systématique des réserves, et enfin un domaine "interdit", en ce que contraire et incompatible avec le positionnement de l'association.
Ce n'est pas le cas, et vous relayez donc, au titre de la liberté d'expression, tout, y compris de la diffamation caractérisée, et donc du contenu illégal.
Vous rendez donc bien compte de la diversité idéologique au sein de l'instruction en famille, mais ne sont-ce point ceux qui crient le plus fort qui l'emportent, et leur positionnement est-il pertinent ?
Je ne crois pas la bataille de la responsabilité gagnable. Et je n'ai ni le temps, ni l'énergie à y mettre. Et je ne crois même plus que cette bataille ait d'importance. Nous allons vers des remises en causes de nos fonctionnements économiques et sociaux, à une échéance de cinq à dix ans, qui risquent de faire paraître cette bataille bien dérisoire.
J'ai dit ce que j'avais à dire et n'avais guère plus d'ambition.
Mes utopies resteront mes utopies. Ah, un forum où l'on parlerait prioritairement de pédagogie, du savoir à transmettre, et où la question du formalisme des contrôles serait débattue de manière constructive !
Bon, c'est la fin des vacances ...
Revenir en haut Aller en bas
Leoliae



Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 15/03/2011

MessageSujet: Re: Contre la nouvelle circulaire   Mar 28 Aoû - 14:14

Mes utopies resteront mes utopies. Ah, un forum où l'on parlerait prioritairement de pédagogie, du savoir à transmettre, et où la question du formalisme des contrôles serait débattue de manière constructive !

Mais c'est tout à fait possible d'en parler, et ce serait même bien d'ailleurs de pouvoir échanger là dessus...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Contre la nouvelle circulaire   Mer 5 Sep - 13:50

Bonjour,

J'ai relu attentivement la circulaire à l'origine de ce sujet, je vais à tout hasard donner mon avis sur celle-ci, et évoquer un point précis qui me gène.

Mon avis est celui d'un "professionnel", dans le sens où ma formation et ma pratique du droit sont d'un niveau professionnel, comme ma pratique de la formation et du contrôle pédagogique. Ce que je veux dire par là, c'est que je suis plus sensible que quelqu'un d'autre à ce qui sort de l'ordinaire dans la circulaire en question, et que ce qui relève de l'usage habituel attire peu mon attention. Mon avis est évidemment orienté par mes convictions, qui me font voir comme utiles et nécessaires les contrôles pédagogiques.

Alors, de mémoire, le truc qui surprend un peu c'est que l'administration se positionne comme défenseur du droit à l'instruction en famille à plusieurs reprises, en précisant que les évaluations ne doivent pas se faire en comparaison avec l'éducation nationale, mais bien au regard de la pédagogie décrite par l'instructeur. Un tel positionnement implique que l'administration éprouve le besoin de "retenir" ses troupes, qui doivent donc être portées à utiliser leur référentiel E.N. habituel à l'occasion de ces contrôles ... Rien de surprenant, ils n'ont vraisemblablement pas d'autre référentiel. En ce sens, cette circulaire peut être utilisée comme un outil en notre faveur.
En matière d'évaluation de l'enfant, l'accent est mis sur l'observation de la progression observable, rien d'original là-dedans. Le contrôle pédagogique lui-même, qui doit normalement précéder toute évaluation du niveau de l'enfant, est peu abordé. Ce n'est ni bon ni mauvais pour nous, cela sous-entend simplement du cas par cas. C'est à nous de veiller à ce que le contrôle pédagogique en soit bien un, et que l'évaluation de l'enfant ne serve bien qu'à valider le bien fondé de la pédagogie décrite.

C'est sur ce point qu'un truc me turlupine. L'administration appuie lourdement sur son droit à procéder au contrôle ailleurs qu'au domicile de l'enfant. Au point de citer une jurisprudence qui doit lui être favorable, ce qu'elle ne fait que pour cet aspect précis.
C'est surprenant. Car le domicile de l'enfant, qui doit être en règle générale le lieu d'instruction de l'enfant, est le lieu "naturel" du contrôle, car le lieu où se situent les supports pédagogiques, dont la connaissance est indispensable au contrôleur pour la qualité de sa mission. L'administration appuie donc lourdement sur son droit à mal faire son travail. Je serais intéressé à savoir pourquoi. Et je ne me priverais pas de le lui demander, dans le cas où le contrôle interviendrait ailleurs qu'à mon domicile, et je ne me rendrais à un tel contrôle que s'il m'ait fourni une réponse satisfaisante à cette question. Dans le cas contraire, je n'autoriserais pas l'administration à "mal faire" son travail de manière évidente.
A noter que la seule réponse satisfaisante qui me vienne à l'esprit réside dans un manque de moyens de l'administration pour mener ses contrôles. Autant dire qu'un tel aveu n'irait pas dans le sens d'une bonne image de cette administration ...

C'est la seule chose qui me fasse tiquer dans cette circulaire, que je trouve plutôt conforme aux usages traditionnels du secteur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contre la nouvelle circulaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contre la nouvelle circulaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: On en parle :: Pour la Liberté d'Instruction-
Sauter vers: