AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Nouvelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Karine
Admin


Nombre de messages : 1659
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: Nouvelle   Dim 14 Nov - 16:20

Iphigenie a écrit:
Si tu pratiques l'IEF, quelles sont les procédures à faire en cas d'un souhait de retour en scolarisation classique à l'EN ?
Ce sont les mêmes que lorsque l'enfant a été scolarisé auprès d'un établissement privé hors contrat : il faut contacter le chef de l'établissement pour inscrire l'enfant. Si l'enfant est d'âge primaire, il sera intégré dans la classe correspondant à son âge ; s'il est d'âge secondaire, le chef d'établissement doit organiser des évaluations afin de connaître le niveau de l'enfant et l'intégrer dans la classe adaptée.

Iphigenie a écrit:
Je crois que tu as bien compris que si tu n'obtiens pas un accord de l'inspecteur pour le CNED, tu ne bénéficies plus d'une scolarisation classique , avec avis de passage en classe supérieure...
Les enfants inscrits auprès d'un établissement privé peuvent recevoir un bulletin de notes et un avis de passage, mais l'Education nationale peut ne pas en tenir compte.

_________________
<br>
Revenir en haut Aller en bas
Iphigenie



Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Nouvelle   Dim 14 Nov - 16:35

Merci Karine ! Tu m'aides beaucoup et je sais à quel point ton travail de ressassement peut être pénible.
Bon week-end.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nouvelle   Dim 14 Nov - 18:27

A Karine

Karine dit :

"...Il n'y a pas lieu de dénigrer un parent plutôt qu'un autre parce qu'il choisit certains supports d'enseignement plutôt que d'autres...."

J'espère que ce n'est pas un reproche que tu me fais. Parce que là, je vais être très clair. C'est on interprétation que tu fais de mes propos. Ce sont tes émotions, tes propres sentiments, ta propre souffrance que génère le manque de reconnaissance de l'IEF qui te fait dire ce genre de chose. Je n'accepte pas qu'on me prête des propos, des réactions qui ne m'appartiennent pas.

Je n'ai jamais dénigré personne, ni aucune pratique à part celle de l'EN que je trouve déplorable.

Maintenat, j'ai appelé le parrain de ma fille qui est juriste et je lui ai demandé de m'éclaircir sur des termes juridiques à propos des textes de loi. Et, voilà ce qui est ressorti de nos échanges.

Comme tu le sais, la loi dit :

"Article L131-1
L'instruction est obligatoire pour les enfants des deux sexes, français et étrangers, entre six ans et seize ans."

Notre définition : L'instruction est l'action d'enseigner ce qui est utile et indpensable à savoir, d'enrichir et de former l'esprit de la jeunesse. L'article L111-, L.111-2, L1211- et suivant expliquent cette définition. Et, maintenant, le socle commun des connaissances rentrent dans cette définition.

Obligatoire : c'est-à-dire applicable à tous.

L'objectif de cet article de loi est d'imposer à sa population un minimum de connaissances pour envisager une insertion professionnelle et social comme il est si bien dit ici : "Le droit à l'éducation est garanti à chacun afin de lui permettre de développer sa personnalité, d'élever son niveau de formation initiale et continue, de s'insérer dans la vie sociale et professionnelle, d'exercer sa citoyenneté (Article L111-1)" et redit ici "Le droit de l'enfant à l'instruction a pour objet de lui garantir, d'une part, l'acquisition des instruments fondamentaux du savoir, des connaissances de base, des éléments de la culture générale et, selon les choix, de la formation professionnelle et technique et, d'autre part, l'éducation lui permettant de développer sa personnalité, d'élever son niveau de formation initiale et continue, de s'insérer dans la vie sociale et professionnelle et d'exercer sa citoyenneté (Article L131-1-1)

C'est donc bien un objectif national.

Maintenant l'Article L131-2 dit :

"L'instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l'un d'entre eux, ou toute personne de leur choix."

Un service public de l'enseignement à distance est organisé notamment pour assurer l'instruction des enfants qui ne peuvent être scolarisés dans une école ou dans un établissement scolaire."

Pouvoir veut dire : avoir la permission de, avoir la possibilité de, et connaître les modalités permettant de.

Ce sont les moyens que donne la loi pour atteindre l'objectif d'instruction.

L'article de loi te permet d'instruire ton enfant
- soit dans le cadre d'une scolarité en présentiel dans un établissement public ou privé
- soit dans le cadre d'un enseignement à distance public
- soit dans le cadre de l'instruction en famille. Cette instruction peut être donnée par les parents, l'un d'eux ou une autre personne de leur choix

Si tu lis bien le deuxième apragraphe, il fait référence à un service public de l'enseignement à distance ce que je considère être le CNED. Je constate qu'il n'est fait nulle par mention des Cours par Correspondance qui sont souvent des établissements privés hors contrat. S'il existe un article de loi qui y fait référence, je veux bien que tu me le donnes.

Donc, comme le parrain de ma fille, à partir du moment où les CPC ne sont pas notifiés clairement dans un texte, pour moi, il relève de l'IEF. Je me suis également faite dire que les établissements privés hors contrat qui dispensent des cours par correspondance n'avaient pas le même statut que le CNED, et pas le même statut que les établissements scolaires publics ou privés qui dispensent une enseignement en présentiel.

C'est pour cela qu'ils se doivent de faire une déclaration à l'inspection académique et à la mairie à la place des parents. Ils sont certes contrôlés par l'état. Mais, s'ils étaient réellement reconnus, ils n'auraient pas les formalités à faire. Ils seraient au même régime que le CNED. Et, nos enfants bénéficieraient d'une scolarité comme s'ils avaient le CNED réglementé.

Si tu peux me prouver qu'ils sont au même régime que le CNED, je veux bien. J'ai pas trouvé.

Et, personnellement, j'ai du fournir un courrier et un certificat de scolarité à l'inspection académique pour bien prouver que mon fils était instruit dans le cadre des Cours Pi. J'estime donc avoir du faire la même démarche que les familles en IEF pure.

Karine dit

"Evidemment, la réalité démontre que les familles dont l'enfant est instruit à domicile ont une obligation de résultat et une pression sociale que les établissements d'enseignement n'ont pas"

Là, je suis entièrement d'accord. L'obligation de résultat est pesant. Et, au quotidien, cela exige une vigilence de tous les isntants, une remise en question personnelle très importante. Personnellement, je suis très exigente avec moi-même et avec mon fils. Je fais en sorte qu'il retienne les notions, qu'elles le marquent. parce que j'ai la trouille d'être confrontée à un inspecteur qui impose, contre mon gré, les tests et j'ai très peur d'être jugée là dessus. Oui, la pression est très forte.

La pression est d'autant plus forte ici parce que je suis entourée d'enseignants. Je suis née d'une famille d'enseignants. Et, c'est un univers où ils sont plutôt tendance très obtus, hermétique à ce qui sort du cadre.

Alors quand tu dis

"Je pense aussi que la distinction CPC/IEF est visiblement source de souffrance pour toi car tu imagines que cela ne permet pas de reconnaître ta valeur d'éducateur et ta forte implication auprès de ton fils, et également auprès de ta fille"

ou encore

"Que tu dises que tu fais l'instruction en famille, ou l'école à la maison, ou toute autre dénomination à ton entourage ne me dérange pas."

et encore

" différencier ici le statut CPC et le statut IEF n'a rien à voir avec ta qualité de parent, ni le temps, l'énergie et l'argent que tu investis dans l'instruction de tes enfants"

Je te réponds : t'as tout faux.

Je n'ai pas choisi l'instruction en famille ou le recours à un CPC comme tu veux par plaisir. Je l'ai fait par nécessité parce que le profil de mon fils ne correspond pas au profil type de l'éducation nationale. L'EN est incapable de mettre en place les quelques aménagements proposés par la neurologue. Et, l'ERH est même allée jusqu'à dire que laneuro n'était pas un médecin. J'aurai effectivement préféré que mon fils puisse poursuivre son instruction dans le cadre d'un établissement scolaire en présentiel pour pouvoir retravailler. Finacièrement, ce n'est pas simple tous les jours.

Mas pas de chance, l'EN est handicapée apr son incapacité à s'adapter à la diversité. Et, ure marqueras qu'à l'exception de quelques familes qui en ont fait une philosophie de vie, la majorité d'entre nous y sont arrivés par obligation ou nécessité (handicap, phobie scolaire, EIP....)

Ensuite, demande don cà tes adhérents si leur famille aaccueilli avec beaucoup de bonheur ce choix décalé, en désaccord avec la société. Peut-être que certaines familles ont été compréhensives. Et, c'est que du bonheur pour ces gens là. Mais, compte le nombre de familles qui ont été confrontés à des réactions plutôt très négatives sur le sujet. Des réactions modérées comme immodérées.

Personnellement, j'ai eu le droit à des réactions très immodérées du genre "je suis une mère de merde qui ne comprend rien à l'éducation des enfants, qui ne satisfait les besoins de mes enfants, qui suis un mauvais parent, qui ne prend que des mauvaises décisions.

Eh oui quelle que soit la formule que j'emploierai, mon fils n'est pas instruit à l'école, donc l'instruction en famille, qu'elle soit pure ou en CPC, est très mal prise et ma qualité de parents a été remise en question. Et, j'ai été extrèmement blessée

Alors IEF ou CPC ne change rien quant à la pression que je subis pourvu que le résultat y soit. Sinon bonjour les dégâts.

Dernière petit détail que, comme toi, l'EN a négligé et a pris par dessus la jambe. Mon fils a un handicap moteurs, des troubles de la mémorisation, des troubles de l'attention, un dyspraxie sévère. Le tout globaux et importants.

Je peux donc dire que
"Les familles peuvent également, comme toi, mettre en place un enseignement qui font se côtoyer deux pratiques. Mais, au regard de la loi, l'une est reconnue, l'autre non"

Je pratique les deux. Pourquoi ? Parce que Les CPC ne sont pas non plus adaptés à mon fils. Pour pouvoir atteindre l'objectif du CPC choisi, je dois réassoir toutes les bases que l'EN a négligé. Je suis aussi contrainte d'adapter tous les supports à son handicap. Et, je suis effectivement à la frontière de l'IEF pure parce que son handicap m'impose de pratiquer à peu de choses près comme l'IEF. Sauf que notre objectif à nous est d'avoir un bulletin de notes pour éventuellement envisager un retour en milieu scolaire, si je parviens à obtenir les aménagements que je souhaite avoir. Et, ce qui n'est pour l'instant pas gagné du tout pour nous.

Ensuite, je ne me sens pas prête pour me jeter dans l'IEF pure et Paul ne veut pas. Il veut des notes. C'est rassurant pour lui.

Dernièr chose. Je parle avec mon coeur. je fais réfléchir avec mon coeur. je déstabilise dans mes propos. Je le sais. Mais, il y a une chose qu'on a trop tendance à oublié dans cette société. C'est que Dame Nature nous a doté d'émotions, de sentiments.... Et, pour l'avoir vécu, en avoir été coupée parce qu'interdite de penser (voir livre de BOIMARE, l'enfant empêché de penser), je sais oh combien c'est dur de vivre sans.

Et, quand on regarde bien les maux de la société, quand on regarde bien comment les gens vivent, on lit une grande souffrance chez eux aussi. parce qu'ils sont coupés de ce qu'ils sont. Quand tu regardes les gens qui ont radicalement fait le choix d'un changement de vie, quand tu les écoutes parlé, tu te rends compte qu'ils ont mis fin à cette forme de vie où ils étaient coupés de ce qu'ils sont. Ils ont fait ce choix de réagir avec le coeur, parce que la raison n'a pas toujours raison. Le quotidien nous montre qu'il y a parfois des actes faits par raison qui sont déraisonnables (suicides à Orange.... Tu crois qu'ils se sont suicidés par bonheur ? Non, un neveu s'est suicidé parce qu'ilé tait en grande souffrance et qu'il n'avait plus ni la force, ni l'envie de se battre. Malgré le soutien de sa famille, il a mis fin à ses jours.....) Alors, autant te dire que ces quelques expériences font réfléchir à deux fois. Quitte à choisir, je préfère réagir avec des émotions, avec le coeur plutôt qu'avec la raison.

Par contre, j'aimerai que tu ne dises pas que je dénigre les parents en IEF. Ca, ça passe pas. Je n'ai jamais dit cela et j'avoue que j'enrage qu'on me prête de tels propos quand ils sont faux.

Je ne donne qu'un point de vue, qu'une façon de voir qui m'est propre, par rapport à mon propre vécu et aux réflexions que j'ai menées. parce que je ne suis pas non plus arrivée à l'IEF par hasard. J'ai mis deux ans avant d'y parvenir connaissant parfaitement les réactions de mon entourage. Réactions violentes qui ont portées atteinte à ma qualité d'éducateur et de mère.

Pour l'instant, Paul n'envisage pas le retour à l'école. Donc je fais avec et je gère l'IEF en respectant les textes de loi. Et, surtout, en tenant compte de la particularité de mon fils : son handicap qui me contraint à faire des choix qui sont à cheval sur l'IEF et le CPC.

Voilà

Flo





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nouvelle   Dim 14 Nov - 19:10

Et si les CPC étaient reconnus comme le CNED, nous n'aurions pas à faire subir des examens à nos enfants pour retourner dans le milieu scolaire.

Flo
Revenir en haut Aller en bas
nassima



Nombre de messages : 391
Date d'inscription : 15/07/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle   Dim 14 Nov - 19:32

Karine a écrit:
Il n'y a pas lieu de dénigrer un parent plutôt qu'un autre parce qu'il choisit certains supports d'enseignement plutôt que d'autres : mon propos n'est pas là.


florianna,

d'après ma lecture de ce que karine a dit, il ne ressort pas du tout qu'elle te fait un reproche. je crois que tu as mal interprété son propos.


par rapport à la réaction de ton entourage, il ne faut pas trop donner de l'importance aux propos de tout un chacun à propos de tes choix éducatifs. tu as pris la bonne décision car tu connais mieux que personne les besoins de ton fils et ça ne regarde que vous. tu as besoin de toute ton énergie pour ta famille.

bon courage
Revenir en haut Aller en bas
Karine
Admin


Nombre de messages : 1659
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: Nouvelle   Dim 14 Nov - 19:59

florianna a écrit:
J'espère que ce n'est pas un reproche que tu me fais.
Non, ce n'était pas un reproche, c'était une explication de mes propos, car tu relèves régulièrement que ton choix d'enseignement est aussi exigeant et chronophage que l'instruction en famille, ce que je n'ai jamais mis en doute.

florianna a écrit:
Maintenant l'Article L131-2 dit :
[...]
L'article de loi te permet d'instruire ton enfant
- soit dans le cadre d'une scolarité en présentiel dans un établissement public ou privé
- soit dans le cadre d'un enseignement à distance public
- soit dans le cadre de l'instruction en famille. Cette instruction peut être donnée par les parents, l'un d'eux ou une autre personne de leur choix
Si tu lis bien le deuxième apragraphe, il fait référence à un service public de l'enseignement à distance ce que je considère être le CNED. Je constate qu'il n'est fait nulle par mention des Cours par Correspondance qui sont souvent des établissements privés hors contrat. S'il existe un article de loi qui y fait référence, je veux bien que tu me le donnes.
Lis plus attentivement le second alinéa de cet article : il mentionne l'obligation pour l'Etat de permettre aux enfants empêchés d'accès à l'enseignement public en présentiel d'avoir accès à un enseignement public à domicile. Les cours par correspondance sont des établissements d'enseignement privés, ils sont mentionnés au premier alinéa.

florianna a écrit:
Donc, comme le parrain de ma fille, à partir du moment où les CPC ne sont pas notifiés clairement dans un texte, pour moi, il relève de l'IEF. Je me suis également faite dire que les établissements privés hors contrat qui dispensent des cours par correspondance n'avaient pas le même statut que le CNED, et pas le même statut que les établissements scolaires publics ou privés qui dispensent une enseignement en présentiel.
C'est une erreur : les établissements d'enseignement à distance privés sont considérés au même titre que les établissements privés hors contrat. Ils sont par ailleurs cités très clairement dans la circulaire n° 99-070. Etre juriste ne garantit pas d'une connaissance approfondie de tous les domaines de la loi et de tous les codes. Seule une connaissance précise du domaine concerné permet une vision d'ensemble juste. C'est la raison pour laquelle il arrive fréquemment que des familles soient mal conseillées par des avocats. Des familles se sont déjà vu affirmer par leur avocat qu'une autorisation pour déscolariser est nécessaire, ce qui, évidemment, est parfaitement erronée. D'un point de vue administratif, as-tu envoyé une déclaration d'instruction dans la famille ou bien est-ce le chef de l'établissement Cours Pi qui l'a fait ? As-tu perçu l'allocation de rentrée scolaire, ou non ? As-tu reçu ou non un certificat de scolarité qui te permet de faire valoir tes droits à l'allocation de rentrée scolaire et le fait que tu respectes l'obligation d'instruction qui t'incombe ?

florianna a écrit:
C'est pour cela qu'ils se doivent de faire une déclaration à l'inspection académique et à la mairie à la place des parents. Ils sont certes contrôlés par l'état. Mais, s'ils étaient réellement reconnus, ils n'auraient pas les formalités à faire. Ils seraient au même régime que le CNED. Et, nos enfants bénéficieraient d'une scolarité comme s'ils avaient le CNED réglementé.
Absolument pas. Le CNED est un établissement public. Tout établissement d'enseignement, qu'il soit public ou privé, doit déclarer à la commune les enfants qui sont inscrits auprès de son établissement. Le fait d'être contrôlés par l'Etat ne signifie pas qu'ils ont le même statut que le CNED ; il en est de même pour les écoles privées hors contrat qui n'ont pas le même statut que l'école publique du quartier.

florianna a écrit:
Si tu peux me prouver qu'ils sont au même régime que le CNED, je veux bien. J'ai pas trouvé.
Je n'ai pas dit cela. Il s'agit d'une situation analogue avec les écoles privées hors contrat : un enfant inscrit dans une école privée hors contrat n'a pas le même statut qu'un enfant inscrit dans une école publique (évaluations scolaires organisées pour intégrer un établissement public), mais la famille a tout aussi droit à l'ARS et à un certificat de scolarité.

florianna a écrit:
Et, personnellement, j'ai du fournir un courrier et un certificat de scolarité à l'inspection académique pour bien prouver que mon fils était instruit dans le cadre des Cours Pi. J'estime donc avoir du faire la même démarche que les familles en IEF pure.
Le fait que l'inspecteur d'académie ne tienne pas compte de la déclaration faite par l'établissement ne signifie pas qu'il est dans son droit. De plus, l'inspecteur d'académie ne t'a, théoriquement, pas renvoyé un courrier accusant réception de ta déclaration d'instruction en famille, ni délivré une attestation d'instruction en famille. Si c'est le cas, c'est une erreur de sa part.

florianna a écrit:
L'obligation de résultat est pesant. Et, au quotidien, cela exige une vigilence de tous les isntants, une remise en question personnelle très importante. Personnellement, je suis très exigente avec moi-même et avec mon fils. Je fais en sorte qu'il retienne les notions, qu'elles le marquent. parce que j'ai la trouille d'être confrontée à un inspecteur qui impose, contre mon gré, les tests et j'ai très peur d'être jugée là dessus. Oui, la pression est très forte.
Si le rapport de contrôle devait être négatif, c'est l'enseignement des Cours Pi qui serait jugé défaillant. A ce moment-là, il appartient au chef de cet établissement de faire valoir la valeur de son enseignement. Auprès d'un tribunal, il sera reconnu que ton enfant bénéficie de l'enseignement d'un établissement à distance. Si ton enfant était en IEF et qu'il fasse l'objet d'une injonction de scolarisation, tu aurais la possibilité de l'inscrire auprès d'un établissement d'enseignement à distance. Si un cours par correspondance était la même chose qu'une instruction en famille, cette possibilité n'existerait pas. Maintenant, de nombreux inspecteurs laissent croire aux familles que cette possibilité n'existe pas. C'est mensonger.

florianna a écrit:
demande don cà tes adhérents
Il ne s'agit pas de "mes" adhérents.

florianna a écrit:
Eh oui quelle que soit la formule que j'emploierai, mon fils n'est pas instruit à l'école, donc l'instruction en famille, qu'elle soit pure ou en CPC, est très mal prise et ma qualité de parents a été remise en question. Et, j'ai été extrèmement blessée
Je l'entends très bien. Mais tu parles là de l'accueil que t'as réservé ton entourage (famille, amis, école), et non de celui des administrations sociales et juridiques. Je rappelle que je ne me place que dans la perspective administrative et juridique, et non dans l'affectif. Je laisse de côté l'aspect personnel pour rester dans le contexte très large de la défense du droit à l'instruction à domicile.

florianna a écrit:
Alors IEF ou CPC ne change rien quant à la pression que je subis pourvu que le résultat y soit.
Tout à fait. Je n'ai pas dit le contraire.

florianna a écrit:
Dernière petit détail que, comme toi, l'EN a négligé et a pris par dessus la jambe. Mon fils a un handicap moteurs, des troubles de la mémorisation, des troubles de l'attention, un dyspraxie sévère. Le tout globaux et importants.
Pourquoi dis-tu cela ? Parce que je maintiens qu'une famille CPC a le droit à l'ARS alors qu'une famille IEF n'y a pas droit ? L'état de santé de ton fils n'a, effectivement, pas été pris en compte dans mon descriptif de la législation. Mais cela n'a à entrer en ligne de compte que dans l'évocation de ton cas personnel et non dans le détail de la législation qui concerne l'ensemble de la population résidant en France. Je n'ai pas remis en cause le fait que tu prennes en charge l'enseignement de ton fils malgré l'inscription auprès d'un établissement d'enseignement. Mais là, il s'agit de ton cas personnel, et non de l'application de la loi, on est bien d'accord ?

florianna a écrit:
je déstabilise dans mes propos.
Je ne suis pas déstabilisée par tes propos, mais je relève leur incohérence avec l'application de la législation. Je n'ai rien à dire quant à ton ressenti, mais mon rôle ici est de replacer le cadre légal de l'instruction obligatoire, de manière détachée et administrative.

florianna a écrit:
Je ne donne qu'un point de vue, qu'une façon de voir qui m'est propre, par rapport à mon propre vécu et aux réflexions que j'ai menées.
Que tu dises "je fais l'IEF", OK, si tu veux. Mais que tu dises "en France, IEF et CPC sont identiques", je ne peux pas te laisser le dire car c'est faux.

_________________
<br>
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nouvelle   Dim 14 Nov - 19:59

Je suis désolée si j'ai mal interprété.

Je sais bien que je suis mieux placée que quique ce soit pour savoir ce qui est bon ou pas pour mon fils. Je sais qu'il ne faudrait pas prendre cela trop à coeur. Mais, les mots ont tout de même fait très mal. Et, je ne sais pas qui accepterait d'être traité de la sorte !

Etre parent handicapé est loin d'être simple. On est soupçonné. On peut faire l'objet d'un signalement à tout moment aux services sociaux. Parce qu'ils partent du principe que, à partir du moment où on a un handicap, on n'est pas capable de : pas capable d'élerve un enfant...... Je me le suis faite dire lors de la procédure d'agrément pour l'adoption. J'ai du faire un courrier ua conseil général pour discrimination. Ca marque.

Eh oui. Etre parent ordinaire n'est pas simple. Nous, on nous ajoute la discrimination. Et, voilà ce qu'est notre quotidien : lutter pour devoir continuellement prouver de quoi on est capable. Se surpasser. Faire plus. prouver plus. Alors, la rpession sociale et l'obligation de résultats, je connais très bien.

Flo
Revenir en haut Aller en bas
Karine
Admin


Nombre de messages : 1659
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: Nouvelle   Dim 14 Nov - 20:01

Je partage ce qu'a dit Nassima.

_________________
<br>
Revenir en haut Aller en bas
Iphigenie



Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Nouvelle   Sam 20 Nov - 21:17

Ca y est, nous avons eu l'accord de l'Inspecteur d'Académie. Nous n'avons plus qu'à attendre encore 15 jours pour recevoir les cours.
Ca va me soulager grandement.
Plus ça va, plus je me dis que c'est mieux comme ça. Avant, mon fils ne fichait rien en classe, aujourd'hui c'est quand même différent parce qu'on parle de ses cours en famille : éducation civique, physiques , français, langue et civilisation etc. On partage davantage.
Bonne soirée et encore merci de votre aide.
Revenir en haut Aller en bas
lysalys



Nombre de messages : 683
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: Nouvelle   Jeu 25 Nov - 10:16

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://laventuredemietlou.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelle   Aujourd'hui à 7:02

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Nouvelle poussete loola up
» Nouvelle Star: Lary de Fontaine les Dijon
» La nouvelle Zapp de Quinny
» Laure Bolatre, nouvelle écrivain du berry

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentations-
Sauter vers: