AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Doit on douter de déscolarisation ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fenua



Nombre de messages : 20
Localisation : Fontanes dans le Gard
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Doit on douter de déscolarisation ?   Mar 10 Oct - 16:44

Bonjour,

Maman d'un EIP (Enfant Intellectuellement Précoce), de 10 ans qui vient de rentrer en 6ème dans un collège public du Gard, nous nous trouvons confronter à de nombreux soucis qui font que mon fils ne s'intègre pas dutout au système scolaire (comme la plupart de ces enfants) et qui réagit très mal au règles imposées. Adhérent à l'AFEP (Association des Enfants précoces) nous sommes soutenus par des parents qui ont les mêmes soucis, mais chez les EIP la déscolarisation apparement est un soucis au niveau de la sociabilisation. Il n'a déjà pas beaucoup d'ami alors je ne vois pas ou la sociabilisation pourrai lui en couter plus.

Au collège où mon fils se trouve il à déjà eu plusieurs heures de colle , des avertissements de ses professeurs, des punitions, qui nous font dire qu'il faut le sortir de se système trop rigide à son gout. Les professeurs sont déjà tous unanime à son sujet, élément perturbateur, ils se lassent de lui !! Bravo l'éducation nationale !!!!

Mais il est vrai que la déscolarisation nous fait "peur", car est ce que nous fesons le bon choix pour Lui ! Nous sommes ses parents il est vrai, mais nous avons toujours un doute sur l'éducation scolaire.

Alors si vous étiez dans ce choix , quelles décisions avez vous prises et pourquoi ?

Merci pour vos impressions
Revenir en haut Aller en bas
Christine



Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 12/03/2006

MessageSujet: Re: Doit on douter de déscolarisation ?   Mer 11 Oct - 8:45

Bonjour,

Je ne suis pas dans votre cas puisque ma fille n'a jamais été scolarisée, cependant j'ai vu suffisamment de cas d'enfants eip déscolarisés depuis que j'adhère à des associations pour pouvoir vous apporter quelques éléments de réponse.

Tout d'abord, la déscolarisation n'est pas un choix irréversible, donc, si vous avez des doutes, pourquoi ne pas le déscolariser jusqu'à la fin de l'année scolaire afin de juger si réellement c'est une bonne solution pour votre famille ?

Concernant la socialisation, comme vous le dites cela pourrait difficilement être pire que la situation actuelle Wink
Les enfants non scolarisés sont amenés à fréquenter des personnes de toutes les classes d'âge, contrairement à ce qui se passe à l'école. Votre fils aurait sans doute le temps de participer à des activités où il pourrait rencontrer d'autres enfants en étant libéré du jugement permanent qu'induit sinon l'esprit sinon de compétition, du moins de comparaison qui règne dans une classe.

Le fait de pouvoir avancer à son rythme en fonction de ses centres d'intérêt pourrait être une vraie libération pour votre fils.

Si vous sentez votre enfant en souffrance, vous parents êtes les mieux placés pour prendre la décision qui convient. L'instruction en famille est encore un choix marginal car il concerne peu de familles, c'est pourquoi il fait peur et suscite des réactions négatives de la part de personnes qui ne connaissent rien de sa réalité.

Mon conseil serait donc de tenter l'expérience et d'essayer de rencontrer d'autres familles d'enfants non scolarisés.

Bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
zozios



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: Doit on douter de déscolarisation ?   Mer 11 Oct - 9:38

Bonjour,
notre premier zozio est eip....et ne rentre absolument pas dans la case "école"...rien que le mot lui file un pipi au lit et de la toux ! Il a eu l'expérience de la maternelle ( toute petite section jusqu'à moyenne) puis un mois de cp puis 1 semaine de ce2....
ya rien à faire, ça ne passe pas.
Nous avons lu dans les livres sur les précoces et entendu d'assos qu'il vaudrait mieux limiter à quelques années ( genre 2 ou 3 ) et réintégrer le "système normal".....je doute je doute.....en fait, à la limite je me moque complètement du "c'est bien ou c'est pas bien " ...seul m'importe le bonheur de mon enfant et je cherche ce qui semble être le meilleur pour lui.
Si je l'écoute, il ne rêve que de jouer, lire...aucun effort.....et ça me , euh, comment dire, gène ? enfin le côté pas d'effort, pas le reste !!!
je suis stupéfaite de voir que lors de sortie, mon soi-disant associal de la cour de récré se fait des tas de copains de tous âges, de tout niveaux, de tous pays....
évidemment il est super impulsif et intolérant à la frustration donc "emporté"...hyperémotif.....et cela me fait peur pour la suite....mais cela s'arrangerait-il à l'école ? humhum...loin d'être sûr !
j'aimerais ( euh j'adorerais plûtot ! ) lire des expériences entières d'ief-eip devenus adultes....autant des expériences positives que négatives car cela me semblerait plus juste de lire aussi des cas d'échec ressenti ( quelques en soient les raisons hein )...histoires de tirer une leçon de tout ça ( purée le terme scolaire par excellence ! lol !)
en fait, je me dis que si je l'inscris à l'école, il va être brisé pour être rentré dans le moule donc ne sera pas heureux...et que si je le garde à la maison, je lui ferme des portes pour son avenir....mes d'autres portes seront fermées s'il est brisé par l'école.....un choix à faire....lourd, avec la peur que plutard il me le reproche.....mais en même temps à la maison il étudie à son rythme ses passions ( vite ) et le reste ( vachemet moins vite ! lol ! )
ça tourne et ça retourne dans ma tête, compliqué, emmelé....je rêve d'une solution intermédiaire.....
Caroline.
Revenir en haut Aller en bas
Valérie



Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 12/03/2006

MessageSujet: Re: Doit on douter de déscolarisation ?   Mer 11 Oct - 9:45

Bonjour,
Je considère que le choix d'instruire son enfant qu'il soit précoce ou autres est un choix déjà en lui-même qu'importe a postériori les motifs.
Ma fille va avoir 14 ans en janvier prochain et elle prépare son Bac français pour la session prochaine.
L'instruire en dehors de l'école lui permet d'aller à son propre rythme. Et c'est cela qui compte en fait pour nous que chacun de nos enfants aillent à leur rythme. Et cette même notion n'a plus tellement de sens non plus car nous ne sommes plus dans un système de comparaison. Ils vont vers ce qui les intéresse et ils approfondissent en fonction de ce jusqu'où ils veulent-peuvent aller.
Pour la "socialisation", les activités sont nombreuses. Mais cela ne changera rien à ce qu'est l'enfant lui-même. Mon fils aîné n'est pas une personne qui a de multiples amis, il a quelques amis qu'il soit à l'école ou à la maison.
Ma fille qui avait vraiment beaucoup de camarades mais avec lesquelles tout ne se passait pas aussi bien que cela et plus sélective aujourd'hui. Elle ne se fait pas des amis à tout prix. Elle a appris à la maison à prendre le temps et à s'occuper d'elle.
Je pense que l'on se trompe de débat. Il ne s'agit pas de choisir entre l'école et la maison mais il s'agit de choisir ce qui est le "mieux" pour nos enfants. Et je pense que votre fils peut tout à fait participer à ce choix. Qu'il imagine ce que sera ce nouveau mode d'instruction. S'organiser, apprendre en fonction de soi et pas en fonction d'un programme, consacrer du temps à ses passions, ... être dans le qualitatif plutôt que dans le quantitatif. Les richesses et les possibilités sont grandes mais il ne faut pas oublier non plus qu'il y a de soi dans nos choix. Je pense qu'il est possible d'essayer sur quelques mois. Ce n'est pas une situation irréversible. Je pense aussi qu'il faut éviter autant que faire se peut d'être dans la réaction contre. Les personnes qui sont en face de nous font aussi ce qu'elles peuvent. Et dire que tout est "rose" à la maison est illusoire. En tout cas chez nous il y a des solutions. Mais c'est à nous de les trouver, de les mettre en place et de faire aussi et surtout avec ce que nous sommes.
Pourriez-vous participer à une rencontre avec votre fils ? Il y en a une de prévu en région parisienne durant les vacances scolaires en novembre. C'est toujours mieux de partager et d'échanger nos expériences. Et surtout de se rendre compte que c'est accessible.
Cordialement,
Valérie
Revenir en haut Aller en bas
Valérie



Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 12/03/2006

MessageSujet: Re: Doit on douter de déscolarisation ?   Mer 11 Oct - 10:08

zozios a écrit:
Bonjour,
notre premier zozio est eip....et ne rentre absolument pas dans la case "école"...rien que le mot lui file un pipi au lit et de la toux ! Il a eu l'expérience de la maternelle ( toute petite section jusqu'à moyenne) puis un mois de cp puis 1 semaine de ce2....
ya rien à faire, ça ne passe pas.
Nous avons lu dans les livres sur les précoces et entendu d'assos qu'il vaudrait mieux limiter à quelques années ( genre 2 ou 3 ) et réintégrer le "système normal".....je doute je doute.....en fait, à la limite je me moque complètement du "c'est bien ou c'est pas bien " ...seul m'importe le bonheur de mon enfant et je cherche ce qui semble être le meilleur pour lui.
Si je l'écoute, il ne rêve que de jouer, lire...aucun effort.....et ça me , euh, comment dire, gène ? enfin le côté pas d'effort, pas le reste !!!
je suis stupéfaite de voir que lors de sortie, mon soi-disant associal de la cour de récré se fait des tas de copains de tous âges, de tout niveaux, de tous pays....
évidemment il est super impulsif et intolérant à la frustration donc "emporté"...hyperémotif.....et cela me fait peur pour la suite....mais cela s'arrangerait-il à l'école ? humhum...loin d'être sûr !
j'aimerais ( euh j'adorerais plûtot ! ) lire des expériences entières d'ief-eip devenus adultes....autant des expériences positives que négatives car cela me semblerait plus juste de lire aussi des cas d'échec ressenti ( quelques en soient les raisons hein )...histoires de tirer une leçon de tout ça ( purée le terme scolaire par excellence ! lol !)
en fait, je me dis que si je l'inscris à l'école, il va être brisé pour être rentré dans le moule donc ne sera pas heureux...et que si je le garde à la maison, je lui ferme des portes pour son avenir....mes d'autres portes seront fermées s'il est brisé par l'école.....un choix à faire....lourd, avec la peur que plutard il me le reproche.....mais en même temps à la maison il étudie à son rythme ses passions ( vite ) et le reste ( vachemet moins vite ! lol ! )
ça tourne et ça retourne dans ma tête, compliqué, emmelé....je rêve d'une solution intermédiaire.....
Caroline.

Bonjour Caroline,
Je ne me suis pas épanouie à l'école, c'est plus que certain. Et j'ai continué adulte à essayer de faire comme les autres. Mais c'est moi qui faisait comme les autres. Personne d'autre que moi ne m'a poussé à le faire. D'accord je sentais que le "trop" était de trop est que je ne le gérais pas quand je l'entendais surtout enfant. Mais devenue adulte j'ai continué et encore il y a peu je me conformais. Je pense que j'attends trop du regard de l'autre mais qui ne le fait pas.
Je fonctionne d'une manière différente mais tout le monde fonctionne de manière différente. Le tout est d'être capable pour moi de comprendre comment l'autre fonctionne plutôt que de lui reprocher comment il fonctionne. Le problème dans notre société est que l'on vit en termes de comparaison, de haut et de bas, de réussite ou d'échec,... de pire ou de meilleur. Je me refuse à considérer l'autre en fonction de ces échelles de valeur. Que je sois rejetée pour certaines de mes différences ne font pas de l'autre quelqu'un de "mauvais" même si effectivement il peut être toxique pour moi. Enfin après tout c'est ce qu'il pense de moi mais qui n'appartient qu'à lui. Ce qui compte c'est ce que je sais de moi. Ecole, maison, travail, activités,...pourquoi vivre en fonction du choix des autres ? J'ai passé trop de temps à me préoccuper des autres en m'oubliant moi-même que j'essaie aujourd'hui d'éviter de trop m'occuper de moi en oubliant les autres. Wink
Ce qui compte c'est que je sache m'écouter, que je sache me faire plaisir, que je puisse aller là où je veuille aller.
En tant que parent, j'essaie de faire de même avec mes enfants en fonction de mes enfants et pas en fonction de ce que je serais susceptible d'attendre d'eux ou de ce que les autres attendent d'eux. Il ne s'agit pas d'en faire des êtres incapables de vivre en société et seulement préoccupés d'eux. Je remarque simplement qu'en sachant ce qui est le meilleur pour eux, ils sont tout naturellement préoccupés de ce qui peut être le meilleur pour l'autre. Il faut avoir confiance en soi et la confiance en ses enfants est là également. S'affirmer dans ses choix sans exclure bien entendu les questions mais sans s'enfoncer dans le doute, ce n'est pas pour moi se fermer des portes. Je dirais plutôt une situation d'équilibre plutôt qu'intermédiaire Wink

Valérie
Revenir en haut Aller en bas
fenua



Nombre de messages : 20
Localisation : Fontanes dans le Gard
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: Doit on douter de déscolarisation ?   Mer 11 Oct - 12:44

merci pour vos témoignages, cela me réconforte positivivement dans le choix que nous allons faire avec mon fils !!

Je réside dans le Gard, y'a t'il des membres qui y habitent ?

une rencontre avec des familles pratiquant ce mode d'instruction pourrait être enrichissante pour nous !
Revenir en haut Aller en bas
Valérie



Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 12/03/2006

MessageSujet: rencontres   Mer 11 Oct - 12:56

Il me semble que quelqu'un est en train d'organiser quelque chose autour de Lyon. N'hésitez pas à aller sur notre site pour voir s'il y a des rencontres près de chez vous.
http://laia.asso.free.fr/
dans la rubrique "actualités".
valérie
Revenir en haut Aller en bas
fenua



Nombre de messages : 20
Localisation : Fontanes dans le Gard
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: Doit on douter de déscolarisation ?   Mer 11 Oct - 14:20

J'y suis allée mais il n'y a rien dans mon département ou dans l'hérault.

Y'a t'il des personnes fesant partie du forum ou de l'association instruisant leurs enfants dans mon département ?
Revenir en haut Aller en bas
boutroue



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 11/10/2006

MessageSujet: Re: Doit on douter de déscolarisation ?   Mer 11 Oct - 18:19

bonjour
Nous n'habitons pas dans votre région mais je souhaitais apporter notre témoignage. Nous avons également des enfants EIP ce qui nous a ammené à les descolariser il y a 3 ans. Nos enfants allaient très mal à l'école, surtout notre fils aîné qui n'a jamais réussi à trouver sa place. Trop curieux, trop en avance, trop différent, bien que très sociable, il était perpétuellement rejeté et s'ennuyait ferme. Nous avons tenté beaucoup de démarches auprès des établissements mais sans succès. Notre fils allait de plus en plus mal et au collège se fut la dégringolade. Il subissait beaucoup d'humiliations et de violences en tous genres et n'ayant jamais appris à travailler (tout était facile en primaire) jamais eu besoin de faire d'efforts, il fut perdu, destabilisé et pas aidé. C'est dans ce contexte que j'ai découvert l'IEF et j'ai senti qu'il fallait que je tente l'expérience, même si cela m'effrayait, pour mon fils et aussi mes filles plus jeunes qui prenaient le même chemin. Nous les avons donc retiré de l'école et avons commencé l'IEF. Ce fut d'abbord difficile pour moi car je n'avais rien préparé et je ne savais pas bien où en étaient mes enfants. Mes enfants eux, étaient ravis et soulagés et petit à petit, ils ont retrouvé le plaisir d'étudier, le sourire et la forme. Je me suis aidée du matériel parascolaire puis de cours par correspondance et finalement, aujourd'hui, nous étudions plus librement, utilisant des manuels choisis, des fichiers, des cd roms, internet et toutes les expériences qui s'offrent à nous.....
Mes enfants souffrent peu de l'isolement (nous habitons à la campagne) en tout cas beaucoup moins que des mauvaises compagnies de l'école. Ils profitent de quelques activités extra scolaires et des rencontres amicales et associatives pour se faire des amis. Ils ne sont pas moins sociables aujourd'hui que lorsqu'ils étaient à l'école et même, je les trouve bien mieux dans leur peau, plus sereins. Et surtout, nous avons pu mettre en place un suivi personnalisé de chacun (nous avons 4 enfants) et chacun peut avancer à son rythme et profiter d'un matériel qui lui convienne. J'ai découvert grâce aux assos et à mes recherches perso qu'il existait une foison de matériel pédagogique intéressant....
Je vous conseille de vous inscrire à l'association Laïa, vous pourrez alors bénéficier de l'expérience de chacune et des ressources répertoriées au fil du temps. Vous pourrez étudier tranquillement tout cela et murir votre réflexion, faire un choix réfléchi et préparer la descolarisation si tel est votre choix. J'ai longuement parlé avec les membres des associations IEF et posé des tas de questions avant de me décider à sauter le pas.
Aujourd'hui je suis pleinement satisfaite d'avoir fait ce choix et nous désirons poursuivre avec mes filles aussi longtemps que possible.
Quand à mon fils, après 2 ans et demi passé à la maison, il a voulu préparer un bac S et compte tenu de nos modestes ressources, il a du retourner au lycée. Son retour c'est fort bien passé au niveau scolaire mais les relations avec les autres restent tendues. Cependant il est plus mures maintenant et se défend mieux, il s'adapte comme il peut, déterminé plus que jamais à décrocher son bac S pour acceder aux études qui lui plaisent. Voilà en gros, très gros, notre expérience. Je vous souhaite bon courage et bonnes réflexions...
Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
Nymue



Nombre de messages : 9
Localisation : 56- Saint Avé/ Vannes
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Doit on douter de déscolarisation ?   Mar 14 Nov - 23:23

Ton article me rappelle vraiment deux des enfants de 12 et 13 ans dont je m'occupe en accompagnement. Sociabilisation difficile, ils ne supportent pas les ordres ni la compétition, facteurs de grands stress, parfois jusqu'à la violence face aux autres enfants.

L'éducation nationale nie leur déscolarisation alors que l'un ne va l'école qu'une heure par jour et l'autre une demi-journée !! La mère lutte pour qu'ils restent en contact avec l'école, refuse le conseil des professeurs de les placer en institution pour trouble comportementaux alors qu'en réalité je crois qu'ils sont très intelligents !!

Je me retrouve à travailler avec eux en relaxation et pédagogies alternatives chez eux pour les aider à mieux vivre leurs émotions. Je répond à leur questions au fil de leurs centres d'intérêts du moment, on fait des débats, on s'amuse en apprenant et ça a l'air de leur convenir assez bien. Le climat est plus détendu. Ce sont des enfants qui ont besoin de beaucoup se ballader aussi. Il y a des temps où je travaille avec la maman et eux et d'autres où cette dernière va travailler de son côté.

Ce genre de besoins sont difficiles à combler dans la scolarité classique.

Par contre, quand j'étais assistante-éducatrice Montessori, il y avait beaucoup de parents qui plaçait leurs enfants dans l'école justement parce qu'ils étaient précoce intellectuellement et que le rythme de la pédagogie Montessori est tout à fait adapté à cela.

Encore faut-il avoir une école Montessori à côté de chez soi et les moyens de payer la scolarité privée...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eveil-relax.com
Nymue



Nombre de messages : 9
Localisation : 56- Saint Avé/ Vannes
Date d'inscription : 14/11/2006

MessageSujet: Re: Doit on douter de déscolarisation ?   Mar 14 Nov - 23:25

oups, j'ai fait des fautes de frappe. Sorry... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eveil-relax.com
rainbow



Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 05/11/2007

MessageSujet: Re: Doit on douter de déscolarisation ?   Jeu 8 Nov - 8:55

la socialisation ne se fait pas à l'école, au contraire...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Doit on douter de déscolarisation ?   Aujourd'hui à 3:44

Revenir en haut Aller en bas
 
Doit on douter de déscolarisation ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» non-scolarisation et justification...
» Plein de questions sur la (non ?) scolarisation...
» Quelles lettres doit-on mettre pour continuer cette suite logique ?
» Mon bulletin de paie doit contenir des mentions obligatoires
» ce que doit faire un comptable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Autres questions :: D'autres questions ?-
Sauter vers: